Le Paon et la Princesse c

1310594911504048

Photo By :  falconwing

 

 

Il était une fois, une princesse. Dans le petit palais où elle vivait, elle était entourée des personnes qu’elle affectionnait et y coulait alors des temps heureux. Un jour, elle décida de faire un voyage afin d’acquérir bien plus que ce qu’elle avait déjà vécu chez elle. Un voyage qui allait changer sa vie à jamais.

 

Non loin du palais de la princesse, vivait un paon. Celui-ci pensait qu’il n’était pas à sa place dans le pays où il avait vu le jour. Connaissant un couguar qui vivait dans le Pays Blanc, il  voulut faire le voyage dont parlait tant le félin. Il découvrit bientôt qu’une princesse voulait partir au même endroit, accompagnée de son prince.

 

Le paon aimait beaucoup la compagnie des autres et désirait partager sa future aventure avec quelqu’un d’autre que le couguar. Lorsqu’il eut vent de cette nouvelle, il écrivit à la princesse. S’ensuivît ainsi, de nombreuses correspondances qui furent la genèse d’une grande amitié.    

 

La princesse invita le paon à un bal, en l’honneur de son départ. La salle du palais regorgeait de toutes les personnes qui affectionnaient la princesse et qui souhaitaient lui présenter leurs vœux de bonheur, mais aussi leurs adieux. La soirée achevée, la princesse eut de la mélancolie de quitter ainsi famille, amis et patrie. Le paon sentit bien entendu la même émotion. Cependant l’excitation revint vite dans leurs cœurs.  

 

La princesse et le paon voyagèrent dans des bateaux séparés et arrivèrent à bon port avec quelques jours d’intervalle. Epaulés par le couguar, la princesse, le prince et le paon, visitèrent quelques recoins du Pays Blanc, se familiarisèrent avec le langage de la population, et goûtèrent à la gastronomie un temps soit peu différente de la leur. Vers la fin de l’été, ils aillèrent tous au Palais des Savoirs du village, assistant ainsi à des leçons plus enrichissantes les unes que les autres. Les jours s’écoulaient, la princesse et le paon se rapprochaient davantage, laissant ainsi place à une grande complicité. Leur amitié était une source de joie et de réconfort. Les rires résonnaient dans les palais où ils allaient et les festins se laissaient déguster.

 

Cependant, un jour froid d’hiver, la princesse et le paon se disputèrent. Chacun de leur côté, l’un ruminait sur les défauts de l’autre, ne comprenant pas les gestes et les paroles que leur bon ami avait pu commettre. La querelle les tint éloignés plusieurs mois durant. Le paon et la princesse souffraient de la situation, sans avoir le courage et la force d’y remédier. Néanmoins, un jour, la princesse et le paon qui ne s’aimaient que trop, décidèrent de faire la paix.  Les beaux jours revinrent alors dans le cœur des deux amis.

 

Vers la fin de l’hiver, un évènement changea la vie du paon. Ce dernier perdit un des êtres qu’il affectionnait. La princesse recueillit son ami le paon chez elle et le réconforta de ses rires et de ses sages paroles jusqu'à ce que le paon n’ait plus de peine. Le paon savait qu’il pouvait compter sur la douceur de la princesse bien que celle-ci avait elle aussi le cœur meurtri. Ensemble, ils vécurent d’heureux jours dans le même petit palais, en compagnie d’une panthère venu du Pays Soleil.

 

La panthère devint très vite leur amie, elle était toujours de bonne humeur, avait le cœur sur la main et avait un don. Elle disait parler avec la Lumière. Le paon ne la croyait pas, du moins pas encore, mais la princesse elle, était éblouie et attirée par la Lumière dont lui parlait la panthère, si bien que le félin décida de l’amener dans un autre palais, où la Lumière était remerciée, et sollicitée pour ses paroles et ses bons soins. Le paon décida de venir voir la Lumière afin de la comprendre davantage et non de croire en elle.  La princesse qui croyait désormais de tout son cœur en la Lumière, trouva une paix que le paon ne saisissait pas. Le paon se sentit alors à l’écart, mais ne renonça pas à la princesse pour autant. Ils continuèrent à profiter de la vie.

 

Vint l’été. La princesse décida d’aller habiter dans un autre palais, ce qui chagrina beaucoup le paon qui ne comprenait plus son amie depuis quelque temps. En vérité, la princesse avait un grand besoin de s’éloigner du paon qui n’était plus lui-même ces temps-ci.

 

La princesse retourna quelque temps dans son premier Palais, celui qu’elle avait quitté pour le Pays Blanc. Lorsqu’elle revint, elle ne se sentait toujours pas prête à pardonner au paon. Le paon avait pour seule amie la panthère et s’était amouraché de Lunatique, qui lui, par sa maladresse, lui faisait autant de mal que le Couguar lui en avait fait par le passé. La princesse lui manquait énormément, rien ne tournait rond au village sans ce visage rassurant.

 

Un jour d’hiver, le paon vit la princesse assise sur une des balançoires du Palais des Savoirs. Il alla lui parler, afin d’essayer de renouer les liens défaits par la peine de chacun.  Cela pris quelques jours avant que les beaux souvenirs ne prennent le dessus sur les peines que s’étaient mutuellement donnés les deux amis.  A partir de ce jour, la princesse et le paon avaient compris que l’honnêteté était la gardienne de leur amitié tant de fois éprouvée. La princesse et le paon eurent de nouveau d’agréables moments. Ils fêtèrent des anniversaires, allèrent au Palais des Savoirs ensemble et se dirent maints et maints secrets qu’ils n’avaient pu se confier plus tôt.

 

Au printemps, le paon fut touché par la Lumière à son tour, ce qui rendit la princesse et la panthère très heureuses. Ils allaient ensemble remercier la Lumière, pour ensuite aller à l’auberge se régaler d’un repas copieux. Les journées des trois amis étaient plus belles les unes que les autres.

 

Puis revint l’été. Le paon ne s’était jamais senti aussi proche de la princesse. Les deux amis chantaient tous les jours que la Lumière faisait pour eux, sous le chaud soleil. Les rires soignaient la peur d’être séparé quand l’automne allait arriver. La princesse devait se rendre dans un autre Palais des Savoirs, tandis que le paon, lui se rendrait dans un village plus grand.

 

La princesse et le paon avaient déjà été séparé, mais cela parce qu’ils le désiraient. Là, c’était tout autre. Parfois le paon pleurait en silence sur sa couche, de peur de perdre pour la troisième fois son amie. La princesse était, elle aussi, très inquiète. Ils profitèrent de chaque instant en se disant que leur amitié tiendrait la distance imposée par la vie. Simplement parce qu’ils n’avaient pas renoncé à y croire ! Ils perdirent tous deux l’amitié de la panthère, sachant que les félins sont fidèles à leur caractère d’indépendant.

 

Le dernier soir, afin d’éviter les adieux déchirants, la princesse et le paon firent comme si de rien était… Ils se dirent "douce nuit, à demain mon ami". Le paon se coucha la boule au ventre et la princesse la gorge serrée. Quand allaient-ils se revoir ? Quand le paon pourrait-il apercevoir le sourire de la princesse ? Tant d’interrogations se bousculaient dans la tête des deux amis.

 

~~Mais ce qui restait certain dans le cœur de chacun, était qu’ils prendraient soin de leur trésor autant que la Lumière avait pris soin de les rassembler dans les temps les plus obscurs. Le trésor d’un amour dévoué et sincère. Leur amitié.~~


 

Mon amie la princesse vit dans ce château et je tiens à lui dire que je l'aime.